Avertissement
Si vous arrivez directement sur cette page, sachez que ce travail est un rapport d'étudiants et doit être pris comme tel. Il peut donc comporter des imperfections ou des imprécisions que le lecteur doit admettre et donc supporter. Il a été réalisé pendant la période de formation et constitue avant-tout un travail de compilation bibliographique, d'initiation et d'analyse sur des thématiques associées aux concepts, méthodes, outils et expériences sur les démarches qualité dans les organisations. Nous ne faisons aucun usage commercial et la duplication est libre. Si vous avez des raisons de contester ce droit d'usage, merci de nous en faire part . L'objectif de la présentation sur le Web est de permettre l'accès à l'information et d'augmenter ainsi les échanges professionnels. En cas d'usage du document, n'oubliez pas de le citer comme source bibliographique. Bonne lecture... 
Mise en place d'une démarche qualité au sein de la plateforme FEPRAT
photo_auteur1.jpg
Frank MELIN
Référence bibliographique à rappeler pour tout usage :
Mise en place d'une démarche qualité au sein de la plateforme FEPRAT,
MELIN Frank, Stage professionnel de fin d'études, MASTER Management de la Qualité (MQ-M2) Université de Technologie de Compiègne, 2009-2010,
URL : http://www.utc.fr/master-qualite puis "Travaux", réf n° 139
RESUME

Ce travail décrit la poursuite d'une démarche qualité de type ISO 9001:2008 dans la plateforme de recherche FEPRAT « Facilities for Electric Propulsion Rarified and Aerothermodynamic Technologies ».

Il montre la mise en place d'un Système de Management de Qualité ainsi que l'utilisation d'outils qui découlent d'une réflexion pour l'amélioration des actions quotidiennes.


Mots clés : Plateforme d'essais, démarche qualité, recherche, ISO 9001:2008, certification.

ABSTRACT

This work describes the continuation of a quality approach standard ISO 9001:2008 in the research platform FEPRAT “Facilities for Electric Propulsion and Rarified Aerothermodynamic Technologies”.

It explains the development of a Quality Management System (QMS) and user’s tools which ensue from a reflection for the improvement of daily actions.


Key words : Experimental facilities,quality approach, research, ISO 9001:2008, certification.

ZONE DE TELECHARGEMENT
Poster
Rapport de stage



Remerciements



Je tiens à remercier particulièrement Pascal Lasgorceix - Responsable Opérationnel de PIVOINE-2G - et Viviana Lago - Responsable de la plateforme FAST - pour m’avoir accueillie très chaleureusement au sein des installations, pour m’avoir fait confiance dans la réalisation du projet de stage et pour le temps précieux qu’ils m’ont accordé.

Je remercie également Matthieu Rozet - Conducteur du banc -, Sisouk Sayamath - Technicien du banc - et Nicolas Guillon - Assistant Ingénieur - pour leur accueil et aussi pour avoir été toujours disponible pour mes demandes.

Je souhaite aussi remercier le reste du personnel d’ICARE. En particulier Stéphane Mazouffre - Chargé de recherche - et les autres étudiants pour leur bonne humeur et leur convivialité.

Merci également à Gilbert Farges - Chercheur à l’Université de Technologie de Compiègne et Responsable du Master en Management de la Qualité - pour son soutien et ses nombreux conseils.


Glossaire


AFNOR : Association Française de Normalisation
ANR :
Agence nationale de la recherche
CCTP :
Cahier des Clauses Techniques Particulières
CNES :
Centre National d'Etudes Spatiales
CNRS :
Centre National de la Recherche Scientifique
CORIA :
COmplexe de Recherche Interprofessionnel en Aérothermochimie
EM2C :
Énergétique Moléculaire et Macroscopique, Combustion
FAST :
Facilities for Aerothermodynamics & Supersonic Technologies
FEPRAT :
Facilities for Electric Propulsion Rarified and Aerothermodynamic Technologies
GdR :
Groupement de Recherche
ICARE :
Institut de Combustion Aérothermique Réactivité et Environnement
INSIS :
Institut des Sciences de l'Ingénierie et des Systèmes
ISO :
International Organization for Standarization
MRCT :
Mission Ressources et Compétences Technologiques
NASA :
National Aeronautics and Space Administration
ONERA :
Office National d'Etudes et de Recherches Aéronautiques
PDCA :
Plan Do Check Act
PIVOINE-2G :
Propulsion Ionique pour les Vols Orbitaux - Interprétations et Nouvelles Expériences. Deuxième Génération
QUARES :
Qualité en Recherche et en Enseignement Supérieur
SMQ :
Système de Management de la Qualité
UTC :
Université de Technologie de Compiègne



Sommaire


I.    INTRODUCTION
II.    ENVIRONNEMENT DE LA MISSION
A.    L’INSTITUT ICARE
B.    PRESENTATION ET ENJEUX POUR PIVOINE
1.    Qu’est ce que PIVOINE-2G ?
2.    Où est-il situé ?
3.    Qui utilise PIVOINE-2G ?
4.    Quand a-t-il été créé ?
5.    Comment est-il organisé ?
6.    Pourquoi a-t-il été créé ?
C.    PRESENTATION ET ENJEUX POUR FAST
1.    Qu’est ce que FAST ?
2.    Qui utilise FAST ?
3.    Où est-elle située ?
4.    Quand a-t-elle été créée ?
5.    Comment est-elle organisée ?
6.    Pourquoi commence-t-elle  une démarche qualité ?
D.    CERTIFICATION DES MOYENS D’ESSAIS
E.    UNE NOUVELLE PLATEFORME : FEPRAT
III.    DO (CE QUE L’ON A FAIT)
A.    DESCRIPTION DE LA SITUATION
1.    Assurance qualité en recherche
2.    Etat d’avancement de la démarche qualité
3.    La nouvelle orientation stratégique
4.    Réseau qualité
B.    STRATEGIE QUALITE
1.    Planification Dynamique Stratégique
2.    Politique qualité
IV.    CHECK (CE QUE L’ON A OBTENU)
A.    SYSTEME DE MANAGEMENT DE LA QUALITE POUR FEPRAT
B.    LES AUTRES DOCUMENTS L’ISO 9001
C.    EVALUATION DU SYSTEME DE MANAGEMENT DE LA QUALITE
V.    ACT (CE QUI DOIT ETRE AMELIORE)
A.    AMELIORATION MATERIEL
1.    5S
B.    AMELIORATION IMMATERIEL
1.    Liste « équipements et matériels »
2.    La Gestion Electronique des  Données
3.    Document unique
VI.    PLAN (CE QUE L’ON VA FAIRE)
VII.    REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES
VIII.    ANNEXES


retour sommaire

Introduction


Le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) est un organisme public de recherche (Etablissement public à caractère scientifique et technologique, placé sous la tutelle du Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche). Il produit du savoir dans différents domaines et met ce savoir au service de la société.

Avec plus de 32 000 personnes, le CNRS exerce son activité dans tous les champs de la connaissance, en s'appuyant sur plus de 1200 unités de recherche et de service [1].

Ce document décrit  les activités réalisées au cours d’un stage de 4 mois pour l’une de ces unités : l’Institut de Combustion Aérothermique Réactivité et Environnement (ICARE) [2].

L’objectif était d’implémenter d’une démarche qualité du type ISO 9001 au sein de la plateforme d’essais FEPRAT « Facilities for Electric Propulsion Rarified and Aerothermodynamic Technologies ».

Le choix d'une norme issu de la famille ISO 9000, qui a été élaborée pour aider les organismes à mettre en œuvre et à appliquer des systèmes de management de la qualité efficaces, a été effectué au cours d'un précédent stage [3]. La stagiaire avait plus particulièrement choisi l'ISO 9001 : 2008 qui spécifie les exigences relatives à un système de management de la qualité lorsqu’un organisme doit démontrer son aptitude à fournir des produits satisfaisants aux exigences des clients et à la réglementation applicable et qui vise à accroître la satisfaction de ses clients [4].


retour sommaire

Environnement de la mission


A.    L’institut ICARE

L'Institut de Combustion Aérothermique Réactivité et Environnement (ICARE) a été créé le 1er janvier 2007. C'est une unité propre de recherche (UPR 3021) de l'Institut des Sciences de l'Ingénierie et des Systèmes (INSIS) du CNRS.

Les domaines de recherche de ICARE sont centrés sur :

•    la combustion
•    le secteur spatial
•    les techniques du vide
•    l'élaboration et le traitement des matériaux
•    les réactions chimiques d'intérêt atmosphérique
•    les dépôts chimiques en phase vapeur

Au sein du Laboratoire ICARE coexiste 2 grandes installations d’essais:

•    Le moyen national d’essais PIVOINE-2G
•    La plateforme d’essais FAST


B.    Présentation et enjeux pour PIVOINE

1.    Qu’est ce que PIVOINE-2G ?

PIVOINE-2G « Propulsion Ionique pour les Vols Orbitaux – Interprétations et Nouvelles Expériences - Deuxième génération »

Le Moyen National d’Essais PIVOINE-2G permet de mettre en œuvre, d’étudier et d’améliorer des propulseurs électriques spatiaux à plasma de type effet Hall (voir figure 1). Ce type de propulseurs est utilisé pour maintenir à poste des satellites géostationnaires ou pour propulser des sondes (exemple récent avec la sonde spatiale SMART-1) [5].




Figure 1 : Moyen d'essais PIVOINE-2G et propulseur à effet Hall en fonctionnement


2.    Où est-il situé ?

Le moyen d’essais est situé à ICARE sur le campus du CNRS d’Orléans.


3.    Qui utilise PIVOINE-2G ?

Le fonctionnement des propulseurs à plasma reste encore méconnu.

C’est la raison pour laquelle un Groupement de Recherche (GdR) a été créé en France en 1996 entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), des Universités et la Snecma, pour étudier et comprendre les phénomènes physico-chimiques qui régissent le fonctionnement des propulseurs à effet Hall. Des campagnes d’essais sont effectuées chaque année sur le banc PIVOINE-2G par des équipes de recherche du GdR mais aussi par des équipes externes (industrie privée).

Le budget dégagé annuellement par l’activité globale est de l’ordre de 250 K€ (dont 2/3 pour la recherche).


4.    Quand a-t-il été créé ?

Au début des années 90, aucune installation dédiée à l’étude scientifique des propulseurs à effet Hall n’existait en Europe, seules des installations d’endurance étaient utilisées.

En 1994, le CNES, le CNRS et la Région Centre ont décidé de financer la réalisation d’un nouveau moyen d’essais pour combler cette lacune. L’institut ICARE a été retenu pour assurer la maîtrise d’œuvre globale de définition, de réalisation, de mise en fonctionnement opérationnel et d’exploitation du banc d’essai PIVOINE.

Ce moyen d’essai est opérationnel depuis le début de l’année 1998.

Initialement dimensionné afin de tester des moteurs de type PPS de moyenne puissance, le banc a été modifié en 2006 afin de pouvoir tester des moteurs de forte puissance. Cette modification a donné naissance à la version du banc PIVOINE-2G.


5.    Comment est-il organisé ?

Chaque année, un Cahier des Clauses Techniques Particulières (CCTP) est défini pour les activités du GdR. A partir du CCTP, une planification des campagnes d’essais est réalisée par rapport aux besoins exprimés. Ces campagnes sont mises en œuvre à l’aide d’une équipe constituée de 4 personnes (voir figure 2).


Figure 2 : Organigramme du moyen national d'essais PIVOINE-2G [24]


6.    Pourquoi a-t-il été créé ?

Le moyen d’essais a été créé pour :

•    Permettre, dans des conditions expérimentales convenues, un fonctionnement au sol des propulseurs à effet Hall.
•    Mettre au point et vérifier des méthodes de diagnostic nécessaires à l’étude du plasma de xénon produit par ces propulseurs.
•    Obtenir des résultats expérimentaux en situation représentative et évaluer les modèles numériques prédictifs.
•    Acquérir une expérience en vue des futurs développements.
•    Réaliser des études sur des sujets faisant l’objet de contrats signés par le CNRS


C.    Présentation et enjeux pour FAST

1.    Qu’est ce que FAST ?

FAST « Facilities for Aerothermodynamics & Supersonic Technologies »

La plateforme de simulation spatiale FAST (voir figure 3) permet de simuler les différentes phases de rentrée atmosphérique à l’aide de souffleries supersoniques.




Figure 3 : 1 des 4 souffleries de la plateforme FAST et essais d’interaction plasma/objet


La spécificité de chacun de ces moyens d’essai permet de couvrir un large éventail dans le domaine de l’aérodynamique pour comprendre et continuer à améliorer les technologies fonctionnant à des régimes de vol hypersonique. Ainsi, les études permettent d’assister l’ESA dans certains programmes spatiaux comme AURORA [6].


2.    Qui utilise FAST ?

Le domaine spatial reste un secteur de recherche riche en enjeux scientifiques à relever pour mener ces actions à bien en toute sécurité.

L'Agence nationale de la recherche (ANR) finance le programme Rayhen « Rayonnement des gaz à haute enthalpie présents dans les entrées planétaires » pour étudier la phase de rentrée est une phase critique pour des vols habités et des sondes d’exploration planétaire depuis 2007 [7]. Il regroupe les Laboratoire Energétique, Moléculaire, Macroscopique et Combustion (EM2C) de l’Ecole Centrale de Paris, le laboratoire ICARE du CNRS d’Orléans, l’ONERA et le CORIA.

Les activités contractuelles viennent compléter le plan de charge. Elles apportent entre 100 et 200 K€ par an à la plateforme.


3.    Où est-elle située ?

La plateforme FAST se trouve aussi à ICARE, à une dizaine de mètre du moyen d’essais PIVOINE-2G.


4.    Quand a-t-elle été créée ?

Les premières souffleries à basse pression sont réalisées en 1960 au CNRS de Meudon [8].

Les souffleries ont été déplacées au CNRS d’Orléans et une nouvelle soufflerie fut installée. Cette nouvelle plateforme fut nommée « plateforme d’essais FAST » lors de fusion du laboratoire d’Aérothermique et LCSR en 2000.


5.    Comment est-elle organisée ?

L’ANR fixe au début du programme de 3 ans les axes de recherche à suivre. Une réunion annuelle définie les activités de recherche à mener pour l’année. Les contrats permettent d’augmenter l’activité des souffleries. Mais aujourd’hui, même avec une équipe de 2 personnes, la plateforme pourrait augmenter son activité par 3. (Voir figure 4).



Figure 4 : Organigramme de la plateforme FAST [24]


6.    Pourquoi commence-t-elle  une démarche qualité ?

La plateforme FAST à l’ambition de devenir une plateforme de référence permettant de:

•    Mettre à disposition de la communauté les souffleries avec les diagnostiques qui leur sont propres.
•    Fédérer et développer des compétences nationales dans le domaine des écoulements, supersoniques, hypersoniques raréfiés, hors équilibre.
•    Constituer une structure efficace de compétences et innovante permettant de répondre à des appels d’offre émanant des agences spatiales, des industriels, ou des agences de recherche.
•    Sauvegarder les acquis technologiques et pérenniser le savoir faire dans l’expertise expérimentale concernant les écoulements à très grande vitesse.
•    Développer et valider des modèles théoriques et de codes numériques prédictifs des conditions critiques rencontrées lors de ces vols.


D.    Certification des moyens d’essais

Dans le monde, il existe de nombreux moyens d’essais sur la propulsion plasmique et de nombreuses souffleries hypersoniques plasma.

Le tableau ci-dessous (voir tableau 1) présente succinctement les concurrents des 2 installations PIVOINE-2G et FAST. Les cases orange permettent de mettre en avant les installations impliquées dans une démarche qualité (certification ou bonnes pratiques).


Pays Moyen d’essais sur les propulseurs plasmiques Souffleries hypersoniques plasma
Russie Experimental Design Bureau Fakel [9] (certifié ISO 9001)
Etats-Unis Princeton Plasma Physics Laboratory The Langley Wind Tunnel Enterprise, NASA [16] (certifié ISO 9001)
Space Propulsion Laboratory, Massachusetts Institute of Technology [10] (BP et mode op)
Advanced Space Propulsion Laboratory, NASA [11] (certifié ISO 9001)
Plasma Dynamics & Electric Propulsion Laboratory, University of Michigan
Australie Research School of Physical Sciences and Engineering
Pays-Bas Estec
Angleterre Qinetiq [12] (certifié ISO 9001)
France Snecma [13]. (certifié ISO 9001) L'ONERA [19] (certifié ISO 9001)
Italie Alta [14]. (certifié ISO 9001)
Belgique
Von Karman Institute for Fluid Dynamics [15]
Japon
Mitsubishi, Takasago Research & Development Center [17]
Allemagne
Institute of Space Systems (IRS) of the University of Stuttgart [18]
Tableau 1 : Liste des différents moyens d'essais concurrent classé par pays [24]


E.    Une Nouvelle plateforme : FEPRAT

Ayant un mode de fonctionnement et un champ de recherche très proche, ainsi qu’une volonté de développer la Qualité au sein de leurs installations, les 2 responsables ont décidé de fusionner les 2 entités. Cela permettra principalement :

•    D’alléger les démarches administratives (dû aux fortes contraintes du service public) qui peut pénaliser la réactivité et la communication avec les clients.
•    De mutualiser les ressources limitées disponible pour réguler les activités de recherche cyclique, et ainsi rester compétitives.
•    De récupérer de nouvelles activités de recherche grâce à l’élargissement du domaine d’étude de la plateforme FEPRAT.

Le nom choisit par les 2 responsable est l’acronyme FEPRAT pour Facilities Electric Propulsion Rarified Aerothermodynamic Technologies.

Cette plateforme regroupera les installations permettant l’étude des plasmas dans des enceintes en atmosphère raréfiée. Cela permettra de couvrir une grande partie des phases d’exploration d’une sonde (déplacement et rentrée dans l’atmosphère). Voici l’organigramme prévisionnel de la future plateforme (voir figure 5).



Figure 5 : Organigramme de la future plateforme FEPRAT [24]


Les équipes souhaitent profiter de l’expérience de PIVOINE-2G et espèrent faire certifier ISO 9001 fin 2011 la plateforme FEPRAT sur un périmètre qu’elles maîtrisent déjà : l’étude de caractérisation des performances des moteurs à plasma et d’écoulement aérothermodynamiques en milieu raréfié.

Cette certification permettra de garantir l’activité scientifique par un environnement qualité pour tous les clients de la plateforme et ainsi donner confiance dans les résultats fournis aux clients, quelque soit son pays.


retour sommaire

III.    Do (Ce que l’on a fait)

Ce chapitre présent les différentes actions qui ont permis d’initier la démarche qualité. C’est une étape indispensable pour pouvoir effectuer le travail de fond du qualiticien.


A.    Description de la situation

1.    Assurance qualité en recherche

La mission de l’assurance qualité est de mettre en œuvre tous les moyens possibles pour garantir la fiabilité des résultats obtenus tout au long d’une campagne d’essais depuis la définition de la campagne jusqu’au rendu des résultats.

Mais contrairement à des processus à caractère répétitif de production de biens et de services en milieu industriel, les activités de recherche s'inscrivent dans un contexte d'incertitudes ou le résultat n'est pas acquis à priori. Ainsi la qualité en recherche ne peut se réduire à l'application de standards fixes, mais doit tenir compte de l'évolution des connaissances, des pratiques de recherche et des risques qui peuvent y être associés [20].

Il faut donc analyser et évaluer l'environnement, savoir ce qu'on veut obtenir, mettre en place une démarche personnalisé et adaptée pour qu'elle soit acceptée, comprise et poursuivi par l'équipe.


2.    Etat d’avancement de la démarche qualité

La première étape du stage est de rédiger une note de clarification (voir annexe 1). Ce document de référence est créé pour informer et fixer l’objectif du stage.

De plus, le stage étant un projet d’une durée de 4 mois, on ne peut pas se passer d'une approche en termes de risques. C’est une préoccupation majeure en conduite de projet. Une analyse des risques projet et ses alternatives a été créée (voir annexe 2).

L’un de ces risques était de ne pas tenir compte des actions qualités menées précédemment. Or, la précédente stagiaire (Roxana CARRILLO) a initié une démarche qualité en février 2009 au sein du moyen national d’essais PIVOINE-2G. De plus, son travail a été apprécié par l’équipe PIVOINE-2G et capitalisé dans son rapport [21].


3.    La nouvelle orientation stratégique

Le travail de Roxana CARRILLO a donc servit de support pour la démarche qualité de la nouvelle plateforme FEPRAT.

Les documents créés ont été modifiés et améliorés pour constituer le système documentaire qualité exigé par l’ISO 9001. Les documents assisteront les membres de l’équipe pour aider au quotidien, faire progresser et donner confiance aux parties prenantes sur les capacités d’études de FEPRAT.

Mais pour éviter une trop grande réaction à l’intégration de la qualité dans la nouvelle plateforme, il a été décidé de limité le périmètre de certification à « l’étude de caractérisation des performances des moteurs à plasma et d’écoulements aérothermodynamiques en milieu raréfié ».


4.    Réseau qualité

L’inscription et la participation à des réseaux qualité sont une nécessité pour accompagner et pérenniser la démarche qualité.

En effet, les réseaux de démarche qualité en recherche ont pour objet de fédérer des qualiticiens, chercheurs, enseignants-chercheurs, ingénieurs et techniciens des organismes de recherche et d’enseignement supérieur pour créer un centre de référence dans le domaine de la qualité. Ces réseaux permettent de connaître, faire connaître les expériences, partager les bonnes pratiques pour ne pas gaspiller le temps, ni les moyens en réinventant ce qui est déjà maîtrisé ailleurs.

Il existe 2 réseaux qualité en recherche auquel la plateforme FEPRAT adhère:

•    Le MRCT qui pour but de devenir un groupe de partage de la démarche qualité en recherche au CNRS [22].
•    L’association QuaRES « Qualité en Recherche et en Enseignement Supérieur » qui est un regroupement de personnes de la recherche et de l’enseignement supérieur [23].


B.    Stratégie qualité

1.    Planification Dynamique Stratégique

La vision de la démarche qualité étant plus clair, la planification dynamique stratégique (PDS) a été établie et constitue les bases de la maison qualité (voir figure 6).



Figure 6 : Planification Dynamique Stratégique de FEPRAT [24]


2.    Politique qualité

La politique qualité est définie dans la Norme ISO 9000 comme les "orientations et intentions générales d'un organisme relatives à la qualité telles qu'elles sont officiellement formulées par la direction" [3].

Grâce à la transcription explicite de la mission et des objectifs à atteindre dans la PDS, une politique qualité de la nouvelle plateforme a été établie. Le Responsable FEPRAT y déclare sa volonté de mettre en place et de pérenniser un système de management de la qualité pour satisfaire, maintenant et demain, ses clients.

La politique qualité de la plateforme FEPRAT a pour objectif permanents de :

•    Fournir un service qui répond aux besoins, à savoir, satisfaire les demandes d’essais en fournissant des conclusions et des résultats clairs et fiables dans des délais acceptables et fixés.
•    Etablir la confiance tant dans l’aptitude de la plateforme FEPRAT à fournir des prestations d’essais de qualité que dans le maintien et/ou l’amélioration du processus qualité.

Afin de satisfaire à ces objectifs, la plateforme FEPRAT a souhaité se doter d’un système de management de la qualité basée sur l’ISO 9001 pour pouvoir être reconnue par les acteurs du secteur plasmique du monde entier.


retour sommaire

IV.    Check (Ce que l’on a obtenu)

Cette partie présente les documents qui ont été créés et leur influence sur la plateforme FEPRAT.


A.    Système de management de la qualité pour FEPRAT

Le système documentaire est l’épine dorsale de l’organisation et il existe différents types de documents exigés par l’ISO 9001:2008.

Le manuel qualité de la plateforme FEPRAT est un manuel simple pour facilité son intégration dans l’organisation. Il énonce la politique qualité et décrit succinctement le système de management de la qualité en 3 pages (voir annexe 3). Il intègre aussi une cartographie des processus qui regroupe toutes les informations demandées par l’ISO 9001 (cartographie des interactions, référence des documents).


B.    Les autres documents l’ISO 9001

L’ISO 9001 requiert spécifiquement de l'organisme qu'il ait des «procédures documentées» pour les six activités présentes dans le tableau suivant (voir tableau 2).


Paragraphe dans l'ISO 9001
Procédure requise pour la certification
4.2.3 Maîtrise des documents
4.2.4 Maîtrise des enregistrements
8.2.2 Audit interne
8.3 Maîtrise du produit non conforme
8.5.2 Actions correctives
8.5.3 Actions préventives
Tableau 2 : Liste des procédures documents exigés par l’ISO 9001 : 2008


Par exemple, la procédure « maitrise des documents » explique la manière d’effectuer cette activité en récapitulant les tâches à accomplir, par qui et comment, pour arriver à réaliser une tache complexe au sein de la plateforme (voir annexe 4).


C.    Evaluation du système de management de la qualité

Les actions qui ont été mises en place ont amélioré le système de management de la qualité de la plateforme FEPRAT.

Pour se rendre compte de l’évolution du système qualité, une comparaison entre l’état initial (évaluation à la fin du stage de Roxana) et l’état final (fin de ce stage) a été effectuée avec la grille d’autodiagnostic réalisé par les élèves du master management de la qualité de l’UTC (voir figure 7).



Figure 7 : Comparaison des autoévaluations basées sur l'ISO 9001 [24]


Une légère progression est remarquée pour les chapitres 4 et 5 de l’ISO 9001 (Système de Management de la Qualité et responsabilité de la direction). Mais l’évolution est plus marquée sur les chapitres 6 à 8.

En résumé, les changements en termes de qualité sont remarquables. Mais il reste encore des actions à réaliser pour avoir un système qualité conforme aux standards et ainsi envisager la certification pour la plateforme FEPRAT d’ici à 2012. Il faudra en particulier travailler sur les revues de direction, la maitrise des dispositifs de surveillance et de mesure, la maitrise des produits non-conforme et les audits.


retour sommaire

V.    Act (Ce qui doit être amélioré)

Après que le SMQ soit mis en place, il a fallu donner envi à l’équipe de poursuivre cette démarche qualité. 2 grands axes d’amélioration quotidiens ont été explorés.


A.    Amélioration matériel

1.    5S

La méthode des 5 « S » est une technique de management japonaise visant à l'amélioration continue de l’environnement de travail. Cette démarche, basée sur un management participatif, montre un autre aspect de la Qualité.

Cet outil d’amélioration continu a été mis en place à 2 endroits du hall d’essais pour faciliter le travail dans le hall d’expérience.

Des fiches ont été créées pour fixer et valider le travail accompli en suivant le standard présenté ci-dessous (voir figure 8).


La trame standard a été utilisée pour le rendre crédible.
La première partie regroupe les informations générales sur le contenant, la localisation d’utilisation et de stockage.
La deuxième partie présente les informations sur le contenu.
Figure 8 : Fiche d'une boite de rangement d'un moyen d'essais [24]


B.    Amélioration immatériel

Pour assister l’équipe et continuer sa volonté d’informatiser un maximum d’informations, 3 fichiers ont été créé :

•    Une synthèse globale des composants
•    Une synthèse de la structure fonctionnelle
•    Un document unique pour le suivi des activités du processus de réalisation

1.    Liste « équipements et matériels »

La première étape, pour la réalisation de ce fichier, a été  d’écouter et de comprendre le besoin du technicien. Il désirait regrouper un maximum d’informations sur les composants d’un banc d’essais. L’utilisation de l’outil Brainstorming à permis de dégager les informations nécessaires (localisation, caractéristique technique, bon de livraison associé, fiche de calibration). Il a aussi fallu définir les critères de remplissage, en automatisant un maximum le fichier, car le responsable de ce fichier maîtrise mal l’outil informatique.

Puis il a fallu trier, renommer et ranger les documents techniques pour facilité leurs intégrations (en mettant à jour la procédure « maîtrise des documents »).

Après que le travail de préparation soit terminé, la deuxième étape a été de créer une fiche "modèle" (voir annexe 5). Comme pour les fiches 5S, la trame standard a été utilisée pour le rendre crédible. Cette standardisation des fichiers et l’automatisation de certaines informations permet de faciliter la rédaction des fiches. D’autres fonctions sont rempli par le fichier mais elles ne sont pas encore exploitées (gestion de la maintenance préventive, gestion des stocks).

La troisième étape a été de rédiger et de valider un mode d’emploi de 4 pages, simple et détaillé, pour facilité l’utilisation et pérenniser ce travail après le départ du stagiaire (voir figure 9).



Figure 9 : Mode d’emploi du fichier liste « équipements et matériels » [24]

2.    La Gestion Electronique des  Données

La gestion des documents technique étant sous la responsabilité du technicien, ils ont été organisés suivant sa logique de travail sur le réseau (classification par marque).

Mais cette organisation ne convenait pas aux autres membres de l’équipe qui préféraient le découpage de l’installation en sous ensembles fonctionnels.

Ne voulant pas créer de doublon de document sur le réseau, il a fallu choisir une autre solution pour ne pas alourdir le système documentaire.

Comme avec le fichier de support pour le technicien, j'ai réalisé un brainstorming pour connaitre les besoins des clients. Il a été, en particulier, décidé d’utiliser un outil simple et déjà à disposition des utilisateurs : PowerPoint.

Le fichier est composé de nombreuses diapositives qui s’activent par clique successif en fonction du choix de l’utilisateur pour évoluer dans l’arborescence. A la fin d’une branche, les documents techniques sont à la disposition de l’utilisateur grâce à un lieu hypertexte (voir figure 10).




Figure 10 : Structure fonctionnelle du fichier de gestion électronique des documents [24]


Pour faciliter son utilisation et limiter les risques d’altérations du fichier, il n’est disponible qu'en mode diaporama et certaines fonctions sont verrouillées (changement de diapositive par un clique hors des zones définies ou des touches du clavier).


3.    Document unique

Le cœur de métier de la plateforme FEPRAT est la réalisation d’essais. Il était donc important de piloter et de suivre la campagne d’essais, depuis la demande client jusqu’à la diffusion des livrables.

Ce document a pour objectif de suivre un projet d’étude tout au long du processus de réalisation. Comme un Cahier des charges, il permet d’expliciter au maximum le besoin du client pour pouvoir répondre au mieux aux exigences en adaptant le banc (voir figure 11).



Figure 11 : Périmètre d'action du document unique [24]


Voici la première édition du document unique pour PIVOINE-2G (voir figure 12).
Pour assister le chef de projet dans la rédaction de ce document, les zones jaunes indiquent les informations à renseigner (comme les besoins et les attentes client).
Mais c’est aussi un outil d’amélioration continue car il permet d’améliorer le processus de réalisation grâce à la capitalisation des points positifs et des axes d’amélioration pour les futurs projets.
Figure 12 : Première page du document unique [24]

 

retour sommaire

VI.    Plan (Ce que l’on va faire)


Issu du milieu industriel, la réalisation de ce projet dans un établissement public de renommée m’a permis de découvrir une nouvelle culture et d’approfondir mes connaissances scientifiques.

Je suis content d’avoir apporter ma pierre à l’édifice, même si ce stage de 4 mois ne m’a pas permis de tout finaliser. Il m’a tout de même permis de faire évoluer mes compétences.

Les livrables attendus ont été fourni à l’issue du stage et on note une évolution du Système de Management de la Qualité (SMQ). Mais il reste des axes d’améliorations (audit et non-conformité) avant de pouvoir être certifié. En effet, il reste encore la moitié du chemin à parcourir dans la démarche qualité vers la certification ISO 9001 (en vert, le travail réalisé depuis 2009). Mais il est prévu que je prépare le travail du futur ingénieur qualité pour faciliter et accélérer son intégration.


N° étape Etape de la démarche ISO 9001 : 2008
1
Analyser la situation initiale par rapport à l’ISO 9001
2
Déterminer les attentes des parties intéressées
3
Etablir la politique qualité et les objectifs qualité de l'organisme
4
Déterminer les processus et responsabilités nécessaires pour atteindre les objectifs qualité
5
Etablir les mesures relatives à l'efficacité de chaque processus en terme de réalisation des objectifs qualités
6
Déterminer les moyens permettant d'empêcher toute non-conformité et d'en éliminer les causes
7
Rechercher les opportunités d'amélioration de l'efficacité et l'efficience des processus
8
Déterminer et hiérarchiser les améliorations qui peuvent fournir les résultats optimums
9
Planifier les stratégies, processus et ressources permettant d'obtenir les améliorations identifiées
10
Mettre en œuvre la planification
11
Surveiller les effets des améliorations
12
Evaluer les résultats par rapport aux résultats escomptés
13
Revoir les activités d'amélioration pour déterminer les actions de suivi appropriées
Tableau 3 : les étapes de la démarche qualité ISO 9001


J’espère aussi que les formations du personnel et la dynamique insufflée à FEPRAT incitera les autres entités à suivre le chemin de la démarche qualité, voire de la certification.


retour sommaire

VII.    Références bibliographiques


[1]    Site du CNRS, http://www.cnrs.fr/, page consultée le 20/02/10

[2]    Site du laboratoire ICARE, http://www.cnrs-orleans.fr/icare/, page consultée le 20/02/10

[3]    ISO 9000 : "Systèmes de management de la qualité. Principes essentiels et vocabulaire", AFNOR, Octobre 2005

[4]    ISO 9001 : "Systèmes de management de la qualité. Exigences", AFNOR, Novembre 2008

[5]    Site de la sonde SMART 1, http://smart.esa.int/science-e/www/area/index.cfm?fareaid=10, page consultée le 20/05/10

[6]    Site du programme AURORA de l'ESA, http://www.esa.int/SPECIALS/Aurora/index.html, page consultée le 20/05/10

[7]    Site de l'ANR, http://www.agence-nationale-recherche.fr/Agence, page consultée le 20/05/10

[8]    Histoire du CNRS, http://histoire-cnrs.revues.org/index2812.html, page consultée le 20/05/10

[9]    Site de Experimental Design Bureau Fakel, http://users.gazinter.net/fakel/status_eng.html, page consultée le 10/05/10

[10]    Site du Space Propulsion Laboratory, http://web.mit.edu/aeroastro/labs/spl/facilities.htm?section=facilities, page consultée le 10/05/10

[11]    Site du Advanced Space Propulsion Laboratory, http://www.hq.nasa.gov/office/codej/codeji/codeji.html, page consultée le 10/05/10

[12]    Site du Qinetiq, http://www.qinetiq.com/home_seaport/quality_assurance_program.html, page consultée le 10/05/10

[13]    Site de la Snecma, http://www.snecma.com/spip.php?rubrique19&lang=fr, page consultée le 10/05/10

[14]    Site de Alta, http://www.alta-space.com/index.php?page=company, page consultée le 10/05/10

[15]    Site du Von Karman Institute for Fluid Dynamics,  http://www.vki.ac.be/index.php?option=com_content&view=frontpage&Itemid=1, page consultée le 10/05/10

[16]    Site de la NASA The Langley Wind Tunnel Enterprise, http://wte.larc.nasa.gov/index.html, page consultée le 10/05/10

[17]    Site du Mitsubishi, Takasago Research & Development Center, http://www.mhi.co.jp/en/products/detail/plasma_wind_tunnel.html, page consultée le 10/05/10

[18]    Site de l’nstitute of Space Systems (IRS) of the University of Stuttgart, http://www.irs.uni-stuttgart.de/forschung/versuchsanlagen/, page consultée le 10/05/10

[19]    Site de l’ONERA, http://www.onera.fr/gmt/index.php, page consultée le 10/05/10

[20]    Site du ministère délégué à la recherche, http://dr.education.fr/Qualite/laqualite.htm, page consultée le 25/05/10

[21]    Mise en place d’une démarche qualité au sein du moyen national d’essais PIVOINE-2G ", R. Carrillo, Stage professionnel de fin d'études, Master en Management de la Qualité, UTC    2008-2009, disponible sur http://www.utc.fr/master-qualite, rubrique "Travaux", référence n°111

[22]    Site du MRCT, http://www.mrct.cnrs.fr/index.htm, page consultée le 25/02/10

[23]    Site de l’association QUARES, http://www.quares.fr/index.php?option=com_content&task=view&id=20&Itemid=49, page consultée le 25/02/10

[24]    Mise en place d'une démarche qualité au sein de la plateforme FEPRAT, Frank MELIN, Stage professionnel de fin d'études, MASTER Management de la Qualité (MQ-M2), UTC, 2009-2010, http://www.utc.fr/master-qualite, rubrique “Travaux”, référence n°139


retour sommaire

VIII.   Annexes


ANNEXE 1 : NOTE DE CLARIFICATION DU PROJET DE STAGE

ANNEXE 2 : RISQUES DU PROJET DE STAGE ET ALTERNATIVES ENVISAGEES

ANNEXE 3 : MANUEL QUALITE FEPRAT

ANNEXE 4 : PROCEDURE DE MAITRISE DES DOCUMENTS FEPRAT

ANNEXE 5 : MODELE DE LA FICHE « EQUIPEMENTS ET MATERIELS »