Kinematics of the human body

Frédéric Marin

Chercheur au laboratoire biomécanique et bioingénierie (BMBI) de l'UTC, Frédéric Marin explore la biomécanique des mouvements du corps humain. Son outil de travail : une plate-forme de capture de mouvement (MoCap) de trente-six caméras, permettant la captation de marqueurs rétroréfléchissants placés sur un individu, afin d'obtenir les cinématiques de ses segments corporels en trois dimensions. "Quantifier la cinématique du corps permet d'obtenir un indicateur sur l'état de santé ou la performance du système neuromusculosquelettique", explique ce scientifique, dont les travaux concernent trois types d'applications.

Côté clinique, il s'agit d'optimiser l'évaluation fonctionnelle des patients. Dans le cadre de l'institut Faire Faces (une structure dédiée à la chirurgie maxillo-faciale et à la prise en charge des cas de défiguration, associant notamment le CHU d'Amiens et l'UTC), il travaille ainsi sur la biomécanique du visage : "Nous quantifions la reprise fonctionnelle après une paralysie faciale, due par exemple à un AVC, ou après une transplantation du visage, le tout pour bâtir un référentiel des mouvements de la face qui servira à ajuster au mieux la rééducation des patients."

Second champ d'application : l'ergonomie. Sur ce front, le chercheur étudie entre autres les mouvements qui peuvent être source ou conséquence de troubles musculosquelettiques. Dans un tout autre registre, il a aussi contribué au projet Mandarin, qui réunissait plusieurs partenaires dont le CEA et Renault : "L'objectif était de concevoir un gant haptique permettant d'assembler les pièces virtuelles d'une maquette numérique en ayant les mêmes sensations de toucher et de retour d'effort que s'il s'agissait de pièces réelles. Nous avons analysé la biomécanique des mouvements de la main pour y adapter le gant, puis validé qu'il n'y avait pas d'interférences entre le gant et la main."

Enfin, troisième domaine d'investigation : le mouvement en tant que vecteur culturel. Aux côtés d'ethnomusicologues, Frédéric Marin participe au programme geste - acoustique - musique du collegium Musicæ de Sorbonne Universités (le groupement d'universités dont fait partie l'UTC). Objectif : mesurer la gestuelle de musiciens experts et non experts de différents groupes ethnoculturels, afin de mieux comprendre ce qui différencie les virtuoses des autres et en quoi leur jeu (par exemple, leur manière de poser les doigts sur l'instrument) peut varier selon les cultures.

Revenir au menu