Rechercher

Search
Generic filters
Exact matches only
  • Institut des hautes études de la transition numérique

    Ins­ti­tut des hautes études de la tran­si­tion numé­rique (IHETN). Deve­nez diri­geants et acteurs de la trans­for­ma­tion numérique.

    Pré­sen­ta­tion

    Présentation

    L'Institut des hautes études de la tran­si­tion numé­rique (IHETN) pro­pose une for­ma­tion conti­nue sur les enjeux et les stra­té­gies de la trans­for­ma­tion numé­rique. Contri­buer à la trans­for­ma­tion numé­rique de l'Europe est tout l'enjeu de la tran­si­tion numé­rique qui révo­lu­tionne la socié­té dans son entier : un enjeu cru­cial pour l'entreprise auquel elle doit se pré­pa­rer et s'armer.

    L'IHETN, grâce à un pro­gramme de haute qua­li­té, ados­sé à une recherche de haut niveau, nour­rit une for­ma­tion conti­nue d'excellence qui per­met­tra aux cadres diri­geants et à fort poten­tiel des entre­prises, admi­nis­tra­tions et asso­cia­tions de maî­tri­ser l'univers du numérique.

    Modalités

    La for­ma­tion diplô­mante IHETN de l'UTC est dis­pen­sée le ven­dre­di (jour­née) et le same­di (matin) et s'étale sur une période de 6 mois, d'avril à novembre 2019.

    Elle cor­res­pond à 250h de cours, répar­tis sur envi­ron 40 jours, soit une ving­taine de semaine (de cours, tuto­rat, moni­to­rat de mémoire, confé­rences, ate­liers, etc.).

    La for­ma­tion coûte 15000 €, net de taxes.

    Un jury de sélec­tion exa­mine les pré-ins­crip­tions pré­sen­tées et retient envi­ron 30 audi­teurs. Le même jury siè­ge­ra fin mai pour déli­vrer le diplôme d'université IHETN de l'UTC.

    La for­ma­tion com­prend un voyage d'immersion à l'étranger d'une semaine, des­ti­né à mettre les audi­teurs au contact avec des réa­li­tés numé­riques, soit au niveau inter­na­tio­nal, soit au niveau européen.

    La for­ma­tion est déli­vrée en fran­çais, sauf excep­tion (en anglais) pour cer­taines conférences.

    La for­ma­tion se dérou­le­ra prin­ci­pa­le­ment à UTC-Paris, 62 bou­le­vard Sébas­to­pol – 75003 Paris.

    Pré-inscription : ihetn@utc.fr

    Pro­gramme de formation

    Programme de formation

    Module 1 – 50h (par Yann Moulier Boutang)

    • Numé­rique et trans­for­ma­tion de l'économie, de la valeur : capi­ta­lisme cog­ni­tif, exter­na­li­tés, valo­ri­sa­tion de l'interaction humaine et finance, entre­prise numérique…

    Module 2 – 50h (par Bruno Teboul)

    • Indus­trie 4.0, numé­rique, pro­duc­tion & orga­ni­sa­tion : digi­tal labor, ubé­ri­sa­tion, robo­ta­riat, gou­ver­nance à l'ère des com­muns numériques

    Module 3 – 50h (par Ariel Kyrou)

    • Cultures numé­riques et inno­va­tion sociale : makers, hackers, fablab, mashup, ima­gi­naires du numé­rique, rési­lience et autonomie…

    Module 4 – 50h (par David Flacher et Clément Mabi)

    • Cyber-État, cyber­ci­toyen­ne­té et débat public : gou­ver­nance algo­rith­mique, par­ti­ci­pa­tion citoyenne numé­rique, civic-tech, inti­mi­té numé­rique et don­nées personnelles

    Module 5 (optionnel, en collaboration avec l'IHEDN) – 50h (par Bruno Teboul, Franck Ghitalla et Jean-Jacques Roche)

    • Intel­li­gence numé­rique et sécu­ri­té dans les orga­ni­sa­tions : cyber-conflits, enjeux éco­no­miques, big data & cyber-stra­té­gie, cyber­cri­mi­na­li­té et finance, veille des réseaux…

    Conférences

    Les acteurs de l'IHETN

    › les membres fon­da­teurs de l'IHETN

    • Bru­no Teboul est diplô­mé d'une maî­trise de phi­lo­so­phie, d'un DEA de sciences cog­ni­tives de l'École Poly­tech­nique, d'un Exe­cu­tive MBA à HEC, d'une thèse de doc­to­rat de l'université Paris-Dau­phine. Après 20 ans pas­sés à la direc­tion mar­ke­ting et digi­tale de grands groupes et de star­tups, il conseille pour Gfi Infor­ma­tique les entre­prises du Fortune500 dans leur trans­for­ma­tion numé­rique, en tant que Glo­bal Prac­tice Direc­tor – Arti­fi­cial Intel­li­gence & Blo­ck­chain. Il est éga­le­ment cofon­da­teur de la chaire Data Scien­tist de l'École Poly­tech­nique (Key­rus, Thales et Orange).
    • Ariel Kyrou est jour­na­liste, écri­vain et essayiste, spé­cia­li­sé dans les nou­velles tech­no­lo­gies et les cultures du numé­rique, la science-fic­tion et les avant-gardes artis­tiques. Diplô­mé de l'Institut d'Études Poli­tiques de Paris en 1985, il est aujourd'hui direc­teur asso­cié de l'entreprise Moderne Mul­ti­mé­dias, rédac­teur en chef du dis­po­si­tif solidarum.org, membre du col­lec­tif de la revue Mul­ti­tudes et cher­cheur asso­cié au labo­ra­toire des sciences humaines et sociales de l'UTC, Cos­tech (Connais­sance, Orga­ni­sa­tion et Sys­tèmes Tech­niques – EA 2223).
    • Yann Mou­lier-Bou­tang est pro­fes­seur émé­rite de sciences éco­no­miques à l'UTC, membre du labo­ra­toire Cos­tech (Connais­sance, Orga­ni­sa­tion et Sys­tèmes Tech­niques – EA 2223) et pré­sident du conseil scien­ti­fique de l'IHETN.

    › le direc­teur de l'IHETN

    • Pas­cal Jol­li­vet-Cour­tois est socio-éco­no­miste et text-data scien­tist, maître de confé­rences à l'UTC, membre du labo­ra­toire Cos­tech (Connais­sance, Orga­ni­sa­tion et Sys­tèmes Tech­niques – EA 2223). Depuis 4 ans, il est par­ve­nu à réunir ses deux pas­sions – la socio-éco­no­mie et la lin­guis­tique com­pu­ta­tion­nelle – via un posi­tion­ne­ment de recherche et d'expertise ori­gi­nal : le crowd­sour­cing tex­tuel du web social "riche" pour la pros­pec­tive socio-économique.

    Outre l'équipe pédagogique animant les cours, des conférences spécifiques associées seront délivrées (pour environ 50h), notamment par :

    • Lau­rence Mon­noyer-Smith, pro­fes­seure des uni­ver­si­tés en sciences de l'information et de la com­mu­ni­ca­tion à l'UTC, Com­mis­saire géné­rale au déve­lop­pe­ment durable
    • Lau­rence Allard, maître de confé­rences en Sciences de la com­mu­ni­ca­tion, cher­cheur à l'université Paris 3‑IRCAV
    • Bar­ba­ra Den­nys, direc­trice de l'École d'art et de desi­gn d'Amiens
    • Franck Ghi­tal­la, cher­cheur en sciences de l'information et de la com­mu­ni­ca­tion à l'UTC
    • Célya Gru­son-Daniel, doc­teure en Sciences de l'information et de la com­mu­ni­ca­tion à l'UTC, Com­mis­saire géné­rale au déve­lop­pe­ment durable
    • Sophie Pène, pro­fes­seur à l'université Paris Des­cartes au sein du Centre de recherche interdisciplinaire
    • Antoi­nette Rou­vroy, cher­cheur qua­li­fiée du CNRS, au Centre de Recherche en Infor­ma­tion, Droit et Socié­té (CRIDS)
    • Zyed Zali­la, PDG-fon­da­teur de la socié­té R&D Intel­li­tech, ingé­nieur en mathé­ma­tiques appli­quées et en intel­li­gence arti­fi­cielle, doc­teur en mathé­ma­tiques du flou de l'UTC
    Sémi­naires de recherche

    Séminaires de recherche de l'IHETN

     En étroite liai­son avec le pro­gramme de for­ma­tion semes­triel, l'institut déve­loppe 2 acti­vi­tés complémentaires :

    • des sémi­naires de recherches spé­ci­fiques cou­vrant l'ensemble des thèmes défi­nis dans le pro­gramme de la for­ma­tion de l'institut.
    • une chaine "Art et Numé­rique" qui a voca­tion à mettre en contact des étu­diants en for­ma­tion ini­tiale ou audi­teurs avec des artistes contemporains.

    Ces sémi­naires de recherche, réser­vées aux équipes de recherches, pour­ront être ouverts aux audi­teurs de la for­ma­tion ain­si qu'à des entre­prises par­rai­nant les sémi­naires. Par ailleurs, l'institut a voca­tion éga­le­ment à pro­duire, sur sol­li­ci­ta­tion d'entreprises ou de pou­voirs publics, une exper­tise dédiée pou­vant se décli­ner en mini-rap­port ou publications.

    Les cinq thé­ma­tiques du sémi­naire de recherche de l'IHETN ont l'ambition de cou­vrir de très larges aspects de la révo­lu­tion et de la tran­si­tion numé­rique. Seul leur croi­se­ment per­met de construire métho­di­que­ment une nou­velle culture géné­rale du fait numé­rique. Les digi­tals huma­ni­ties (huma­ni­tés numé­riques) ne seraient pas com­plètes si elles n'incluaient pas les axes 1 (juri­dique) , 2 (éco­no­mique), 3 (cultu­rel), 4 (poli­tique et social), 5 (géo­po­li­tique et stra­té­gique). Et réci­pro­que­ment, sans la prise en comptes des cultures qui naissent des pra­tiques numé­riques, les ima­gi­naires qui nour­rissent les stra­té­gies indus­trielles des GAFAMI ne sont pas déchiffrables.

    Ce pro­gramme de recherche est bien sûr cor­ré­lé au pro­gramme de for­ma­tion, que celle-ci soit ini­tiale ou continue.

    Pilo­tage de Yann Mou­lier Bou­tang (UTC-Cos­tech) avec T. Pete­lin (Uni­ver­si­té de Poi­tiers), M. Lips­kier (Cabi­net Bam­boos and Bees), J.P. Gas­nier (Chaire Pro­prié­té Intel­lec­tuelle et inno­va­tion juri­dique, Uni­ver­si­té d'Aix Mar­seille), E.-M. Laporte Legeais (CECOJI Uni­ver­si­té de Poi­tiers), N. Binc­tin Ceco­ji (Uni­ver­si­té de Poi­tiers), et C. Cas­tets Renard (Uni­ver­si­té du Capi­tol Toulouse).

    L'innovation juri­dique est l'un des ter­rains de réflexion majeurs à l'heure de la redé­fi­ni­tion des droits de pro­prié­té intel­lec­tuelle et de leur mise en œuvre en tenant compte de la nou­velle donne numérique.

    Les défis que pose l'organisation de l'enseignement, de la recherche, du déve­lop­pe­ment et de l'entreprise face à la blo­ck­chain, au pro­blème de la confiance et de la sécu­ri­té dans un monde numé­rique, fera l'objet d'un sémi­naire plu­ri­an­nuel ras­sem­blant ingé­nieurs, juristes, éco­no­mistes, pra­ti­ciens du droit, etc.

    Ce sémi­naire s'assure d'ores et déjà d'un riche par­te­na­riat avec quatre uni­ver­si­tés fran­çaises, un cabi­net d'avocat. Il éten­dra sa col­la­bo­ra­tion avec des par­te­naires euro­péens (Uni­ver­si­té de Nou­vain-La-Neuve) et inter­na­tio­naux (le Labo­ra­toire de Cyber Jus­tice de l'Université de Mont­réal). Le pro­gramme de ce sémi­naire, qui est le plus avan­cé des cinq, a été arrêté.

    Pilo­tage de Bru­no Teboul (UTC, Direc­teur de l'Institut, COSTECH) avec Yann Mou­lier Bou­tang (UTC-COSTECH ‑CRI).

    Avec la deuxième vague du numé­rique, l'économie tirée par les don­nées et le recours à un cou­plage de robots et d'intelligence arti­fi­cielle asso­ciant les machines appre­nantes et le Big Data, nous conduisent à par­ler désor­mais d'usine et d'industrie 4.0.

    L'Institut sou­haite orga­ni­ser un sémi­naire en par­te­na­riat avec des entre­prises et des star­tups, visant par­ti­cu­liè­re­ment les par­te­naires indus­triels de l'UTC, en plus des makers et autres acteurs des révo­lu­tions du tra­vail à l'ère numérique.

    Des ques­tions telles que l'ubérisation, l'automatisation et l'évolution du sala­riat, les nou­velles muta­tions du tra­vail, les nou­veaux emplois et les for­ma­tions asso­ciées feront l'objet d'un cycle d'interventions.

    Pilo­tage Ariel Kyrou (Moderne Mul­ti­mé­dias, COSTECH), Clé­ment Mabi (COSTECH), avec Milad Douei­hi (John Hop­kins Uni­ver­si­ty, ex titu­laire de la Chaire Huma­num, Sor­bonne Uni­ver­si­té) et Syl­vie Bou­lan­ger (CNEAI).

    Les cultures du numé­rique s'adossent à des formes et pra­tiques cultu­relles au départ volon­tiers pirates, under­gound ou tout sim­ple­ment déca­lées, qui deviennent aujourd'hui des pra­tiques de plus en plus par­ta­gées par un plus vaste public, sur le ter­rain social mais aus­si celui de l'innovation. Ces pra­tiques et ces arts qui forment ces cultures des­sinent un nou­vel ima­gi­naire, moteur des entre­pre­neurs de la Sili­con Val­ley, mais aus­si de leurs cri­tiques ou d'initiatives sociales ou soli­daires. Ces cultures, ces ima­gi­naires des­sinent un tableau qui va des fablabs et des makers à la science-fic­tion sous toutes ses formes (de la lit­té­ra­ture aux séries), des arts numé­riques aux mul­tiples formes du mul­ti­mé­dia, jusqu'aux " mèmes " et autres détour­ne­ments vidéo " néo Dada " de type mashup ou machinimas.

    Mon­té comme une mani­fes­ta­tion en ligne et hors ligne, contri­bu­tive, ce sémi­naire très ouvert se donne à l'idéal pour ambi­tion d'alterner des débats et confé­rences, une expo­si­tion, des per­for­mances, ate­liers sur et à par­tir de ces cultures alter­na­tives, selon une logique mariant la connais­sance à la créa­tion et l'expérimentation.

    Pilo­tage de Clé­ment Mabi (UTC-COSTECH) avec Ariel Kyrou (Moderne Mul­ti­mé­dias, COSTECH) et Syl­vie Bou­lan­ger (CNEAI). La recherche de par­te­naires de ce sémi­naire débute dès la vali­da­tion défi­ni­tive de l'Institut par le CA de l'UTC, le 15 mars 2018.

    Né des dis­cus­sions avec les cher­cheurs du COSTECH, ce sémi­naire, lui aus­si très ouvert en amont et en aval, s'organisera autour de la façon dont le numé­rique trans­forme l'action et les par­ti­ci­pa­tions poli­tiques, sociales et soli­daires, notam­ment via ce qu'on appelle les civic tech et les social tech. Conçu de façon dyna­mique et inter­ac­tive comme le sémi­naire sur les cultures et les ima­gi­naires du numé­rique, ce pro­jet pour­rait être l'occasion d'un tra­vail en com­mun entre l'Institut et TRANSNUM. Il pour­rait moti­ver aus­si d'autres partenaire.

    Pilo­tage de Bru­no Teboul (UTC), Franck Ghi­tal­la (UTC) et Jean Jacques Roche (IHEDN).

    En par­te­na­riat avec l'Institut des Hautes Études à la Défense Natio­nale (IHEDN), l'Institut pro­pose un sémi­naire option­nel pour nos audi­teurs, qui sera une véri­table intro­duc­tion à la Cyber­sé­cu­ri­té, aux enjeux posés par la Cyber­dé­fense et à l'analyse des risques et des menaces à l'ère numérique.

    Il pro­po­se­ra des inter­ven­tions de spé­cia­listes qui por­te­ront sur les ques­tions de guerre dans le cybe­res­pace : menaces pour les entre­prises et la défense (intel­li­gence, cybe­rat­taques, attaques infor­ma­tion­nelles, etc.). Il abor­de­ra aus­si les consé­quences et les réper­cus­sions d'une cyber-attaque, dont notam­ment ses dimen­sions éco­no­miques et finan­cières, la ques­tion des normes, du droit inter­na­tio­nal et de la cyber­gou­ver­nance euro­péenne et mon­diale. Ce sémi­naire s'interrogera éga­le­ment sur l'importance des don­nées fic­tives, des fake news, et autres bulles de filtres, pour mieux com­prendre le nou­veaux défis et fra­gi­li­tés aux­quels les orga­ni­sa­tions publiques et pri­vées devront faire face avec résilience.

    searchuserenvelopenewspaper-o
    linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram