Rechercher

Search
Generic filters
Exact matches only
  • Les partenaires stratégiques de l'UTC

    En cohé­rence avec ses valeurs, l'UTC sait trans­for­mer ses valeurs ajou­tées aca­dé­miques en richesses pour le ter­ri­toire en défi­nis­sant des orien­ta­tions de stra­té­gie par­ta­gées avec des par­te­naires ins­ti­tu­tion­nels, éco­no­miques et sociaux.

    Le réseau des UT

    Le réseau des universités de technologie, un modèle historique commun

    L'UTC a été créée en 1972, l'UTBM en 1985 et l'UTT en 1994. Ensemble, elles consti­tuent le groupe UT depuis 2013. En cela, l'UTC s'inscrit dans une logique struc­tu­relle fon­dée sur le par­tage d'un même modèle (for­ma­tion et recherche) à ren­for­cer. Pre­miers béné­fi­ciaires, les étu­diants, qui ont une pro­cé­dure de recru­te­ment com­mune et un réseau d'anciens diplô­més très dyna­mique. En outre, le diplôme d'ingénieur étant de plus en plus attrac­tif à l'étranger, le groupe UT voit ses forces décu­plées pour convaincre de nou­veaux par­te­naires à l'international et pour conso­li­der sa pré­sence auprès des entre­prises.

    Leur réunion a don­né nais­sance à un cam­pus com­mun à Shan­ghai : l'université de tech­no­lo­gie sino-euro­péenne de l'université de Shan­ghai (UTSEUS). Les 4 uni­ver­si­tés de tech­no­lo­gie ont pour mis­sion essen­tielle la for­ma­tion, la recherche et le trans­fert de tech­no­lo­gie. Elles accueillent plus de 7 000 étu­diants et ont diplô­mé plus de 20 000 ingénieurs.

    Alliance Sorbonne Université

    En 2012, l'UTC est deve­nue membre fon­da­teur de la Com­mu­nau­té d'universités et d'établissements (COMUE) Sor­bonne Uni­ver­si­tés (SU) (deve­nue Sor­bonne Uni­ver­si­té) avec 6 autres éta­blis­se­ments fran­çais d'enseignement supérieur :

    ain­si qu'avec 4 orga­nismes natio­naux de recherche que sont : 

    Il s'agit d'une alliance entre des uni­ver­si­tés pres­ti­gieuses d'excellence qui apportent cha­cune les meilleurs talents dans un vaste champ dis­ci­pli­naire (éco­no­mie, huma­ni­tés, affaires, sciences, méde­cine et tech­no­lo­gie). L'interdisciplinarité offerte grâce aux inter­ac­tions entre les acteurs et son impli­ca­tion dans la socié­té consti­tuent un moteur de l'innovation. Toutes les res­sources mises en com­mun (incu­ba­teurs de start-up, struc­tures de matu­ra­tion tech­no­lo­gique…) jouent donc un rôle impor­tant dans le déve­lop­pe­ment éco­no­mique régio­nal et natio­nal.

    Avec ce par­te­na­riat, l'UTC s'inscrit dans une logique stra­té­gique de com­plé­men­ta­ri­té thé­ma­tique et de visi­bi­li­té inter­na­tio­nale à tra­vers de mul­tiples coopé­ra­tions dans le monde entier, Sor­bonne Uni­ver­si­té étant recon­nue comme l'un des prin­ci­paux centres de recherche au monde. 

    Ce pro­jet fait par­tie des lau­réats rete­nus au cours de la deuxième vague des ini­tia­tives d'excellence (Idex) sélec­tion­nées dans le cadre des inves­tis­se­ments d'avenir. Bap­ti­sé SUPER (Sor­bonne Uni­ver­si­té à Paris pour l'enseignement et la recherche), cet Idex per­met­tra, à terme, de repré­sen­ter, avec l'esprit d'innovation qu'il insuffle, un levier de déve­lop­pe­ment éco­no­mique, envi­ron­ne­men­tal, social, cultu­rel, intel­lec­tuel et inter­na­tio­nal au niveau mon­dial à tra­vers les connais­sances, les com­pé­tences, les décou­vertes et les tech­no­lo­gies nou­velles qu'il pro­dui­ra, ain­si que par les cadres, cher­cheurs et lea­ders qu'il formera.

    La région Hauts-de-France

    La région Hauts-de-France, ancrage territorial et déploiement de l'écosystème local d'innovation

    La région Hauts-de-France inter­vient dans de nom­breux domaines de la vie quo­ti­dienne de ses habi­tants et des étu­diants en par­ti­cu­lier. A tra­vers une « stra­té­gie de spé­cia­li­sa­tion intel­li­gente » (S3), elle sou­tient très lar­ge­ment les éta­blis­se­ments d'enseignement supé­rieur en les accom­pa­gnant dans leur déve­lop­pe­ment, afin de per­mettre à la recherche de deve­nir vec­teur de crois­sance. Elle sou­tient ain­si tout par­ti­cu­liè­re­ment la recherche scien­ti­fique par une poli­tique défi­nie à tra­vers trois axes prin­ci­paux

    • Une recherche dyna­mique et une grande mobi­li­té des cher­cheurs de haut niveau.
    • Pour favo­ri­ser l'ouverture à la recherche, les pôles régio­naux fédèrent l'activité des dif­fé­rents labo­ra­toires. De plus, la visi­bi­li­té accrue des savoir-faire scien­ti­fiques et tech­no­lo­giques favo­rise leur mise à dis­po­si­tion pour les entreprises.
    • L'incitation aux entre­prises à faire appel à la main‑d'œuvre scien­ti­fique et tech­no­lo­gique régio­nale. Trois niveaux de rela­tions sont mis en place entre les dif­fé­rents par­te­naires : universités/entreprises ; centres de ressources/entreprises ; lycées/entreprises.

    Enfin, la région Hauts-de-France sou­tient les étu­diants en met­tant tout en œuvre afin qu'ils puissent pour­suivre leurs études dans les meilleures condi­tions. Elle pro­pose ain­si des aides liées à la san­té, aux trans­ports, à la mobi­li­té inter­na­tio­nale ou encore au milieu culturel. 

    Par ailleurs, l'UTC, l'université de Picar­die Jules-Verne (UPJV – Amiens), l’École d'ingénieurs en génie élec­trique, infor­ma­tique, télé­com­mu­ni­ca­tions, réseaux, pro­duc­tique et déve­lop­pe­ment durable (ESIEE – Amiens), l'Institut Uni­La­Salle Beau­vais, l’École supé­rieure de chi­mie orga­nique et miné­rale (ESCOM – Com­piègne), l’École supé­rieure d'art et de desi­gn (ESAD – Amiens)et tous les éta­blis­se­ments de l'enseignement supé­rieur de Picar­die se sont regrou­pés pour consti­tuer une asso­cia­tion.

    L'UTC s'inscrit ain­si dans une logique de conte­nus et d'ancrage ter­ri­to­rial. Cette asso­cia­tion a ain­si per­mis la créa­tion d'une Confé­rence régio­nale des éta­blis­se­ments d'enseignement supé­rieur et de recherche. Elle vise éga­le­ment le déploie­ment de l'écosystème local d'innovation et de créa­ti­vi­té dans Picar­die Tech­no­pole.

    ESCOM

    L'École supérieure de chimie organique et minérale (ESCOM)

    L'un des enjeux majeurs de l'UTC est d'attirer les moyens et com­pé­tences néces­saires à tout déve­lop­pe­ment futur. C'est dans ce cadre que l'UTC s'est rap­pro­chée de l'ESCOM (École supé­rieure de chi­mie orga­nique et miné­rale) et de l'Institut poly­tech­nique Uni­La­salle Beau­vais pour créer le pre­mier pôle euro­péen de la chi­mie verte en Hauts-de-France.

    Un des pre­miers pro­jets d'importance dans le cadre de ce par­te­na­riat est la créa­tion d'une pla­te­forme de recherche et déve­lop­pe­ment en chi­mie et ther­mo-chi­mie, pre­mier outil scien­ti­fique com­mun au ser­vice du pôle de com­pé­ti­ti­vi­té « Indus­trie et Agro-res­sources », dans lequel l'Institut poly­tech­nique Uni­La­Salle Beau­vais et l'UTC sont par­ties pre­nantes. Cette pla­te­forme s'inscrit dans une volon­té natio­nale de déve­lop­pe­ment de l'utilisation des res­sources renou­ve­lables, dans une logique de déve­lop­pe­ment durable. Ce par­te­na­riat s'appliquera éga­le­ment à déve­lop­per les com­plé­men­ta­ri­tés scien­ti­fiques entre l'UTC et l'Institut poly­tech­nique Uni­La­Salle Beau­vais, notam­ment dans les sec­teurs de l'environnement, des géos­ciences ou de l'agroalimentaire.

    La conver­gence d'approches entre l'UTC, l'ESCOM, l'Institut poly­tech­nique Uni­La­Salle Beau­vais et la région Hauts-de-France conduit aujourd'hui l'UTC à réa­li­ser ce rap­pro­che­ment thé­ma­tique mais aus­si géo­gra­phique au ser­vice du déve­lop­pe­ment du territoire. 

    À lire dans interactions

    searchuserenvelopenewspaper-olaptop-phone
    linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram