Rechercher

Search
Generic filters
Exact matches only
  • Une chaire en mécanique

    Née de la réflexion stra­té­gique sur l'avenir de la méca­nique à l'UTC, la chaire Méca­nique Picar­die per­met de mettre en lumière l'un des prin­ci­paux sec­teurs indus­triels de la région Picar­die et l'une des thé­ma­tiques de recherche de l'UTC. La chaire résulte en effet de la volon­té de l'UTC de struc­tu­rer son offre dans ce domaine et de se doter de postes et de moyens pour répondre aux enjeux des par­te­naires indus­triels. Par­mi ces enjeux, celui de la mon­dia­li­sa­tion génère une concur­rence forte, à laquelle seule l'innovation apporte une solu­tion pérenne.

    Objectifs

    Ensei­gnant res­pon­sable de la chaire : Adnan Ibrahimbegovic

    Objectifs stratégiques

    La chaire Méca­nique Picar­die repré­sente ain­si le moyen d'expression de l'UTC pour sa vision stra­té­gique et met en lien 3 mis­sions dans le domaine de la méca­nique : la For­ma­tion, la Recherche et l'Innovation.

    Prin­ci­pal inté­res­sé, le labo­ra­toire de méca­nique Rober­val, qui repré­sente 50 ensei­gnants-cher­cheurs, et pour qui cette chaire va conso­li­der les inter­ac­tions entre les équipes et aug­men­ter la visi­bi­li­té et le rayon­ne­ment de leurs tra­vaux. Dans une autre mesure, cela va per­mettre d'étendre les acti­vi­tés de for­ma­tions et de déve­lop­per de nou­veaux par­te­na­riats indus­triels.

    Objectifs scientifiques

    Par­mi les pro­blé­ma­tiques scien­ti­fiques abor­dées, citons notamment :

    • les aspects mul­ti-échelles, très pré­sents dans l'analyse des maté­riaux hété­ro­gènes. Par exemple, afin de défi­nir des modèles pré­dic­tifs per­ti­nents du phé­no­mène de la cor­ro­sion à chaud (qui entre en jeu pour la durée de vie des maté­riaux nucléaires, des échap­pe­ments d'automobiles ou encore des bat­te­ries), il est néces­saire d'analyser les com­por­te­ments à dif­fé­rentes échelles, du réseau à l'atome.
    • les com­por­te­ments sous chocs, impacts ou dyna­mique rapide. Par exemple, cela est uti­li­sé pour étu­dier la durée de vie et la tenue à l'impact des assem­blages sou­dés dans les car­ros­se­ries auto­mo­biles, des maté­riaux com­po­sites uti­li­sés dans les construc­tions aéro­nau­tiques ou encore dans le sec­teur ferroviaire.
    • le déve­lop­pe­ment d'approches en méca­nique de la rup­ture, qui met en jeu la simu­la­tion numé­rique pour l'étude d'un défaut, de son ini­tia­tion et de sa pro­pa­ga­tion jusqu'à la rup­ture finale.
    • la réso­lu­tion de pro­blèmes mul­ti-phy­siques, comme l'aspect anta­go­niste de plu­sieurs élé­ments dans la concep­tion d'un pro­duit. Par exemple, l'allègement des véhi­cules est sou­vent contra­dic­toire avec l'amélioration du confort acous­tique et la tenue au crash.

    Projet de recherche interdisciplinaire

    De plus, la chaire va per­mettre de ren­for­cer les com­pé­tences du labo­ra­toire Rober­val, ce der­nier étant recon­nu comme un pôle de com­pé­tence dans la concep­tion des action­neurs à pilo­tage élec­tro­nique. La chaire sera ain­si un moyen d'étendre ses domaines de recherche et ses par­te­na­riats en asso­ciant les pro­blé­ma­tiques de sécu­ri­té, d'allègement et de confort à celles du sto­ckage d'énergie. Une réponse aux enjeux des maté­riaux fonc­tion­nels, des véhi­cules du futur et de la pro­duc­tion d'énergie notam­ment dans la filière éolienne, déve­lop­pée en Picardie. 

    Par ailleurs, la chaire va faire inter­ve­nir les autres dis­po­si­tifs de recherche dans les­quels le labo­ra­toire Rober­val est très impli­qué : le Labex Maî­trise des sys­tèmes de sys­tèmes tech­no­lo­giques (MS2T), pour l'aspect "sys­tèmes de sys­tèmes" et la ges­tion de l'incertain et de la varia­bi­li­té, et l'IRT Rai­le­nium, en ce qui concerne les pro­blé­ma­tiques de simu­la­tion de l'usure des rails et le déve­lop­pe­ment de logi­ciels dédiés dans le sec­teur ferroviaire. 

    Les perspectives d'avenir en Mécanique

    La chaire a été sou­te­nue par l'UTC, le Conseil régio­nal de Picar­die et le Fonds euro­péen de déve­lop­pe­ment régio­nal pour un bud­get de 150 K€/an. Pré­vue pour une durée de 3 ans, elle vise à ras­sem­bler dans son fonc­tion­ne­ment et son finan­ce­ment d'autres acteurs du monde socio-éco­no­mique et industriel. 

    À terme, une for­ma­tion à la recherche au niveau inter­na­tio­nal ver­ra le jour et regrou­pe­ra nos par­te­naires de TU Braun­sch­weig (Alle­magne), TU Tam­pere (Fin­lande) mais aus­si de l'UPMC, dans le cadre de l'Idex Sor­bonne Uni­ver­si­té.

    Contacts de la recherche à l'UTC

    Pla­quette de la recherche à l'UTC

    À lire dans interactions

    searchuserenvelopefile-pdf-onewspaper-ouserslaptop-phone
    linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram