Rechercher

Search
Generic filters
Exact matches only
  • Université de technologie sino-européenne de l'université de Shanghai (UTSEUS)

    Créée en 2005 par le réseau des uni­ver­si­tés de tech­no­lo­gie fran­çaises et l'université de Shan­ghai, notre école d'ingénieurs est aujourd'hui la pre­mière coopé­ra­tion uni­ver­si­taire sino-fran­çaise, par­te­na­riat pré­cur­seur et unique dans les domaines de la for­ma­tion et de la recherche. L'université de tech­no­lo­gie sino-euro­péenne de l'université de Shan­ghai (UTSEUS) forme ain­si chaque année plus de 1 200 étu­diants chi­nois, fran­çais et euro­péens dans un cadre inter­na­tio­nal et multiculturel. 

    Une UT en Chine

    L'UTSEUS est un éta­blis­se­ment créé en 2005 à l'initiative des 3 par­te­naires du réseau des UT (Com­piègne, Troyes et Bel­fort-Mont­bé­liard) et un par­te­naire chi­nois qui est l'uni­ver­si­té de Shan­ghai

    Site web de l'UTSEUS

    L'université de Shanghai

    L'université de Shan­ghai, fon­dée en 1922, est le résul­tat d'une fusion en 1994 de 4 uni­ver­si­tés, avec un effec­tif total d'environ 37 000 étu­diants, tous cycles confon­dus. Elle est finan­cée par la muni­ci­pa­li­té de Shan­ghai et se classe par­mi les 18 meilleures uni­ver­si­tés chi­noises sur plus de 1 129 établissements. 

    Cet éta­blis­se­ment plu­ri­dis­ci­pli­naire (27 écoles et "col­lèges", plu­sieurs labo­ra­toires clefs d'État et de nom­breux ins­ti­tuts dif­fé­rents) a été sélec­tion­né par le réseau des UT pour sa situa­tion géo­gra­phique, la proxi­mi­té des entre­prises fran­çaises et euro­péennes implan­tées à Shan­ghai, et sa dyna­mique de développement. 

    Shan­ghai, avec envi­ron 23 mil­lions d'habitants, est en effet une zone éco­no­mi­que­ment très impor­tante héber­geant nombre des plus grandes entre­prises chi­noises et atti­rant les com­pa­gnies inter­na­tio­nales les plus répu­tées. C'est aus­si une ville favo­ri­sant l'innovation et la créa­tion d'entreprises, tour­née non seule­ment vers la Chine mais plus glo­ba­le­ment vers l'Asie.

    Partenaires industriels

    Abou­tis­se­ment d'une struc­tu­ra­tion des rela­tions indus­trielles, l'UTSEUS a signé une conven­tion de par­te­na­riat avec de nom­breuses entre­prises : Schei­der Elec­tric Chi­na, Das­sault Sys­tem, Total Chine, Baoxing infor­ma­tion (IT sec­tion of Bao Steel), Micro­pole Chine, HuiYi Finan­cial Infor­ma­tion Ser­vice Com­pa­ny, Air Liquide, ZTE, Sive­co, Decath­lon, Suez, Chi­na Mate­ria­la, Citi­zen, Xerox, Vidon, Tech­no­Chi­na, Fau­re­cia FECT, ACTIA Chi­na, Alca­tel-Lucent Entre­prise Chi­na, ENGIE Chi­na, Lear­ning Tribes Chi­na, Ser­ri­nov, Fau­re­cia (Chi­na) Hol­ding Co., LTD, don­nant lieu à diverses formes de col­la­bo­ra­tions ren­for­cées pour des cours, des confé­rences, des visites d'usines, des pro­jets indus­triels ou spon­so­ri­sés, des stages ou encore des bourses de mobilité.

    Une mobilité étudiante croisée

    Programme ingénieur pour les étudiants chinois

    L'UTSEUS pro­pose aujourd'hui à 4 pro­mo­tions chi­noises des for­ma­tions en génie infor­ma­tique, génie méca­nique, génie bio­lo­gique et science des maté­riaux.

    Après une for­ma­tion de 3 ans à Shan­ghai, incluant des cours de spé­cia­li­té et des cours inten­sifs de fran­çais, les étu­diants chi­nois peuvent, pour les meilleurs d'entre eux, venir en France pour 2 années d'études et de stage dans l'une des trois uni­ver­si­tés de tech­no­lo­gie pour obte­nir le double diplôme d'ingénieur fran­çais et le Bache­lor of Engi­nee­ring de l'université de Shan­ghai.

    Semestre d'échange "Sciences et humanités en Chine"

    Ce pro­gramme est des­ti­né aux étu­diants des uni­ver­si­tés de tech­no­lo­gies fran­çaises de 2e année ou issus des uni­ver­si­tés par­te­naires qui sou­haitent vivre une pre­mière expé­rience à l'international.

    Durant un semestre, les étu­diants ont l'occasion de pour­suivre leur cur­sus et d'acquérir les pre­mières clés de com­pré­hen­sion de la culture chi­noise en par­ta­geant leurs cours avec les étu­diants chi­nois de 3e année.

    Semestre d'échange "Ingénieur international"

    Ce pro­gramme est ouvert aux étu­diants de mas­ter 2 des 3 uni­ver­si­tés de tech­no­lo­gies fran­çaises et aux uni­ver­si­tés par­te­naires, de toutes spé­cia­li­tés d'ingénierie.

    Durant un semestre, les étu­diants pro­fitent de l'environnement dyna­mique asia­tique avant leur entrée dans la vie active. Grâce à une offre de cours pro­fes­sion­na­li­sant, pro­jets au sein d'entreprises ou de ren­contres avec des ingé­nieurs expa­triés, les étu­diants s'ouvrent ain­si aux pers­pec­tives de car­rière pos­sibles à l'international.

    Semestre "Langue, culture et innovation"

    Ce pro­gramme est des­ti­né aux étu­diants, jeunes pro­fes­sion­nels ou entre­pre­neurs de tous hori­zons (sciences de l'ingénieur, sciences humaines et sociales, mana­ge­ment, arts, droit) de niveau mas­ter 1 ou 2, qui sou­haitent don­ner une dimen­sion inter­na­tio­nale à leur parcours. 

    Durant un semestre, les étu­diants vivent une véri­table expé­rience basée sur la ren­contre des cultures et des dis­ci­plines. Avec pour fil conduc­teur "l'innovation dans les villes intel­li­gentes et connec­tées de demain", les étu­diants apprennent au tra­vers de cours et pro­jets pra­tiques et concrets, enca­drés par une équipe dyna­mique d'enseignants, pro­fes­sion­nels et chercheurs.

    Laboratoire ComplexCity

    En 2012, l'UTSEUS a éga­le­ment lan­cé le pre­mier labo­ra­toire de recherche mon­dial dédié aux enjeux de la ville intel­li­gente – Com­plex­Ci­ty. Réunis­sant un ensemble de dis­ci­plines scien­ti­fiques pré­sentes tant dans les uni­ver­si­tés de tech­no­lo­gie qu'à l'université de Shan­ghai, il implique des cher­cheurs venus de France et de Chine, ain­si que de nom­breux par­te­naires aca­dé­miques et indus­triels.

    Étudier les systèmes urbains

    Com­plex­Ci­ty est un labo­ra­toire de recherche trans­dis­ci­pli­naire qui a pour but d'étudier la ville et, plus lar­ge­ment, les sys­tèmes urbains. Ses tra­vaux se basent sur une approche inno­vante com­bi­nant capa­ci­tés ana­ly­tiques et com­pu­ta­tion­nelles des sciences de l'ingénierie cou­plées à l'ouverture et à la créa­ti­vi­té des sciences humaines et sociales.

    Com­plex­Ci­ty est éga­le­ment un incu­ba­teur et une pla­te­forme de ren­contre et d'échange fran­co-chi­noise pour les pro­jets de recherche sur la ville. Explo­rer et ana­ly­ser la ville comme un sys­tème com­plexe per­met­tra de mieux com­prendre les villes d'aujourd'hui et de conce­voir les villes du futur pour faire face aux enjeux socié­taux globaux. 

    Com­plex­Ci­ty contri­bue à la concep­tion de nou­velles manières de pen­ser la ville et accom­pagne ain­si sa ges­tion, son desi­gn et ses évo­lu­tions. Pour maî­tri­ser la com­plexi­té gran­dis­sante des villes et paral­lè­le­ment prendre en consi­dé­ra­tion les dif­fé­rentes façons de pen­ser la ville, nous avons donc besoin de modèles et d'outils intel­lec­tuels.

    Axes de recherche

    Les axes de recherche du labo­ra­toire Com­plex­Ci­ty s'organisent autour de 3 approches complémentaires :

    • les don­nées qui doivent être recueillies,
    • les modèles qui peuvent être uti­li­sés sur la base de la signi­fi­ca­tion de ces données,
    • les méthodes d'interprétation et les outils qui per­mettent de concep­tua­li­ser et de déci­der, sur la base des résul­tats pro­duits par les modèles.

    Domaines d'application

    5 domaines d'applications ont été identifiés :

    • Ges­tion des risques et des crises,
    • Méta­bo­lisme d'une ville,
    • Main­te­nance urbaine,
    • Modé­li­sa­tion phy­sique pour le confort urbain et l'efficacité énergétique,
    • Vieillis­se­ment et géron­to­lo­gie en ville.

    14 projets franco-chinois

    Le labo­ra­toire Com­plex­Ci­ty héberge 14 pro­jets de recherche inter­dis­ci­pli­naires, sélec­tion­nés par les direc­teurs de recherche du groupe des uni­ver­si­tés de tech­no­lo­gies et son équipe sino-fran­çaise lors de deux appels à pro­jets lan­cés en France en 2013, com­plé­tés par un sémi­naire en Chine. Quatre pro­jets se sont vu attri­buer un finan­ce­ment fran­çais et 4 autres ont été pré­sen­tés à des pro­jets de finan­ce­ment natio­naux ou internationaux. 

    La plu­part des pro­jets incluent au moins 2 uni­ver­si­tés de tech­no­lo­gie et l'université de Shan­ghai et se carac­té­risent tous par un cen­trage sur la ville, tant par l'approche des sciences de l'ingénierie que par celle des sciences humaines.

    Les villes modernes souffrent bien sou­vent de conges­tion de la cir­cu­la­tion. La recherche vise à com­prendre les rai­sons des embou­teillages et à pro­po­ser des solu­tions effi­caces par le biais d'une modé­li­sa­tion des solu­tions effi­caces par le biais d'une modé­li­sa­tion et simu­la­tion des flux de cir­cu­la­tion urbaine. 

    › Par­te­naires impli­qués : Labo­ra­toire sys­tème et trans­port, UTBMIns­ti­tut de Shan­ghai de méca­nique et de mathé­ma­tiques appli­quées, SHU

    Les villes modernes souffrent bien sou­vent de conges­tion de la cir­cu­la­tion. La recherche vise à com­prendre les rai­sons des embou­teillages et à pro­po­ser des solu­tions effi­caces par le biais d'une modé­li­sa­tion des solu­tions effi­caces par le biais d'une modé­li­sa­tion et simu­la­tion des flux de cir­cu­la­tion urbaine. 

    › Par­te­naires impli­qués : Labo­ra­toire sys­tème et trans­port, UTBMIns­ti­tut de Shan­ghai de méca­nique et de mathé­ma­tiques appli­quées, SHU

    Ce pro­jet applique des théo­ries et pra­tiques de pro­jet d'ingénierie pour la concep­tion urbaine dans le but de faire face à la com­plexi­té des villes actuelles. Il déploie des modèles géné­riques pour retra­cer les connais­sances en concep­tion urbaine à l'aide des TIC afin de détec­ter les besoins des citoyens. 

    › Par­te­naires impli­qués : UTBMSHU

    Ce pro­jet pro­pose une pla­te­forme afin d'identifier les pra­tiques en tant qu'entités hété­ro­gènes mul­ti­di­men­sion­nelles et inter­con­nec­tées. La pla­te­forme repré­sente les struc­tures d'utilisateurs et dote les uti­li­sa­teurs finaux d'outils pour l'analyse et la visua­li­sa­tion de leurs propres pra­tiques s'intégrant dans leurs modes de vie. 

    › Par­te­naires impli­qués : Tech-CICO, UTTSchool of Mecha­ni­cal Engi­nee­ring and Auto­ma­tion, SHU

    La logis­tique urbaine s'avère d'une impor­tance cru­ciale pour assu­rer un bon fonc­tion­ne­ment et pro­mou­voir un déve­lop­pe­ment urbain durable. Les recherches de Smart City Logis­tics se concentrent prin­ci­pa­le­ment sur la concep­tion et la pla­ni­fi­ca­tion du réseau de dis­tri­bu­tion publique urbain, la pla­te­forme d'informations publiques sur le bon sens en matière de logis­tique urbaine, ain­si que l'ordonnancement intel­li­gent des res­sources logis­tiques de la ville et la dis­tri­bu­tion de biens. 

    › Par­te­naires impli­qués : Dépar­te­ment ROSAS, UTTCentre de recherche en logis­tique moderne de l'université de Shan­ghai, SHU

    Le déve­lop­pe­ment de l'urbanisation et l'augmentation du vieillis­se­ment des popu­la­tions néces­sitent le déve­lop­pe­ment des géron­tech­no­lo­gies, afin d'aider les villes à faire face à la san­té glo­bale de tous leurs citoyens, avec une atten­tion par­ti­cu­lière por­tée aux plus âgés. 

    › Par­te­naires impli­qués : Labo­ra­toire BMBI, UTCSchool of Com­mu­ni­ca­tion and Infor­ma­tion Tech­no­lo­gy, SHU

    Ce pro­jet vise à mesu­rer le tra­fic rou­tier à l'aide de cap­teurs audio. Le pre­mier objec­tif de ce pro­jet est de démon­trer la fai­sa­bi­li­té d'une approche d'estimation des flux de cir­cu­la­tion et de détec­tion d'événements de la cir­cu­la­tion à l'aide de signaux audio. 

    › Par­te­naires impli­qués : Labo­ra­toire de modé­li­sa­tion et sûre­té des sys­tèmes, UTTSchool of Com­mu­ni­ca­tion and Infor­ma­tion Tech­no­lo­gy, SHU

    L'essence du pro­jet est de conce­voir et de déve­lop­per une pla­te­forme logi­cielle gra­tuite de jeu sérieux capable de trai­ter des scé­na­rios urbains. Ce jeu ouvert four­ni­ra des méta­don­nées à par­tir des­quelles des variables per­ti­nentes pour l'entretien et l'utilisation durable des bâti­ments et des équi­pe­ments urbains seront extraites. Au terme de la recherche, le pro­jet aborde les ques­tions de main­te­nance indus­trielle et de ges­tion du cycle de vie du bâtiment. 

    › Par­te­naires impli­qués : COSTECH, UTCCentre d'études cultu­relles contem­po­raines, uni­ver­si­té de Shan­ghai

    Le pro­jet a pour but de com­prendre le mou­ve­ment public à par­tir de don­nées Web. À cet effet, les cher­cheurs uti­lisent des algo­rithmes de clas­si­fi­ca­tion pour étu­dier la fonc­tion­na­li­té de chaque zone et ana­ly­ser le conte­nu sur micro blog afin de com­prendre le besoin du client. 

    › Par­te­naires impli­qués : Labo­ra­toire IRTES, UTBMSchool of Com­mu­ni­ca­tion and Infor­ma­tion Tech­no­lo­gy, SHU

    Ce pro­jet vise à étu­dier la ville à tra­vers son empreinte numé­rique (dis­cus­sions spon­ta­nées sur le Web, don­nées libres, don­nées de cap­teur). L'objectif est de four­nir une étude com­pa­ra­tive sur deux villes. Shan­ghai (sélec­tion­née pour son dyna­misme emblé­ma­tique des villes chi­noises) et Paris (emblé­ma­tique d'une capi­tale européenne). 

    › Par­te­naires impli­qués : Com­plex­Ci­ty, UTCSchool of Urban Socio­lo­gy, SHU

    Le but de notre recherche est de four­nir des don­nées, des modèles, des outils de concep­tion, de déci­sion et d'évaluation, afin d'assister le déve­lop­pe­ment du sys­tème urbain, en tenant compte de ses dif­fé­rents niveaux tels que régions, villes, dis­tricts, infra­struc­tures… reliés entre eux par des réseaux (par exemple, les ordures ména­gères, l'eau, l'énergie et les matières uti­li­sées) et carac­té­ri­sés selon l'aspect social, cultu­rel, poli­tique et économique. 

    › Par­te­naires impli­qués : CREIDD, UTTSchool of Mecha­ni­cal Engi­nee­ring and Auto­ma­tion, SHU

    Ce pro­jet vise à étu­dier les pra­tiques funé­raires numé­riques à Shan­ghai, ain­si que les pro­blé­ma­tiques des éter­ni­tés numé­riques en Chine. Pour ce faire, les cher­cheurs exa­minent les pra­tiques funé­raires tra­di­tion­nelles à Shan­ghai au tra­vers du prisme de l'internet d'une part, et les nou­velles pra­tiques funé­raires numé­riques d'autre part. 

    › Par­te­naires impli­qués : COSTECH, UTCSciences sociales de l'urbain, SHU

    Pour ce pro­jet, les cher­cheurs s'appuient sur le déve­lop­pe­ment récent des tech­no­lo­gies de réseaux intel­li­gents, de per­for­mance éner­gé­tique et de sto­ckage d'énergie afin d'étudier et d'améliorer la ges­tion de l'énergie rési­den­tielle en tenant compte d'un riche contexte de pro­duc­tion, de dis­tri­bu­tion, de sto­ckage et d'utilisation de l'énergie électrique. 

    › Par­te­naires impli­qués : UTBM

    Ce pro­jet vise à uti­li­ser les TIC pour étu­dier et pro­mou­voir la culture en tant qu'élément majeur pour créer une nou­velle iden­ti­té sociale signi­fi­ca­tive, per­due par les villes en rai­son d'un déve­lop­pe­ment urbain rapide à grande échelle et d'une impor­tante migra­tion multiculturelle. 

    › Par­te­naires impli­qués : IRTES-RECITS, UTBMSchool of Socio­lo­gy and poli­ti­cal science, SHU

    Contact et documentation

    Contact

    Direc­trice des rela­tions inter­na­tio­nales
    Cor­ne­lia Marin
     +33 (0)3 44 23 73 87

    Contact

    Direc­teur fran­çais de l'UTSEUS
    Marc Bon­diou
    +86 21 6613 6108

    Guide de l'étudiant

    Pla­quette des rela­tions internationales

    À lire dans interactions

    searchuserenvelopefile-pdf-onewspaper-oenvelopeusersphone-handsetlaptop-phone
    linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram