Rechercher

Search
Generic filters
Exact matches only

Génie informatique (GI)

L'ingénieur en génie infor­ma­tique doit être un acteur de la muta­tion tech­no­lo­gique de tous les sec­teurs de l'économie vers le numérique. 

Chiffres clés

  • 54 ensei­gnants-cher­cheurs
  • 15 ingé­nieurs, tech­ni­ciens et administratifs
  • 515 étu­diants
  • 151 ingé­nieurs diplô­més / an
  • Plus de 15 doc­teurs / an

Objectifs

Le dépar­te­ment Génie infor­ma­tique de l'UTC pré­pare les futurs ingé­nieurs / mas­ters / doc­teurs à :

  • maî­tri­ser les connais­sances fon­da­men­tales en informatique,
  • favo­ri­ser l'apprentissage par l'expérimentation,
  • acqué­rir une métho­do­lo­gie d'approfondissement des connais­sances dans les domaines concernés,
  • inter­agir avec les entre­prises (plate-forme, enseignement).

Offre pédagogique

L'offre péda­go­gique du dépar­te­ment com­prend un socle de connais­sances mini­males com­mun à tous les diplô­més et l'approfondissement d'un domaine tout en acqué­rant une solide for­ma­tion géné­ra­liste. Les 5 filières pro­po­sées ont été créées en pre­nant en consi­dé­ra­tion l'existence d'un mar­ché de l'emploi pérenne et une forte com­pé­tence locale com­plé­tée par une par­ti­ci­pa­tion active de plu­sieurs entre­prises dans la consti­tu­tion du pro­jet et dans la formation. 

  • Une filière trans­ver­sale est pro­po­sée dans tous les dépar­te­ments : Mana­ge­ment des pro­jets inno­vants. Cette filière intègre à la for­ma­tion tech­ni­co-scien­ti­fique une for­ma­tion aux acti­vi­tés mana­gé­riales de futurs cadres d'entreprise. Chaque semestre, l'étudiant choi­sit 6 à 7 UV cor­res­pon­dant à son niveau et son pro­fil d'étude par­mi plus de 300 UV pro­po­sées par l'UTC. 4 semestres sont consa­crés aux ensei­gne­ments avec une spé­cia­li­sa­tion pro­gres­sive, et 2 semestres à une expé­rience en entre­prise par le biais de stages et projets. 
  • Un label trans­ver­sal est pro­po­sé dans tous les dépar­te­ments : Modé­li­sa­tion Mathé­ma­tique "Mod Math". Ce label est un par­cours com­plé­men­taire à la filière (sur le même prin­cipe qu'un mineur) choi­sie par les étu­diants et ouvert à toutes les branches de l'UTC et à toutes les filières. Cette for­ma­tion est pro­po­sée par mes ensei­gnants-cher­cheurs du LMAC, spé­cia­listes recon­nus dans un large spectre des mathé­ma­tiques appli­quées, qui pour­ront en outre faire pro­fi­ter les can­di­dats de leurs nom­breux contacts ins­ti­tu­tion­nels et industriels. 

Recherche

La for­ma­tion d'ingénieur en génie infor­ma­tique s'appuie sur une solide exper­tise de l'équipe péda­go­gique, qui mène une acti­vi­té de recherche de qua­li­té au sein de deux labo­ra­toires de recherche :

  • Heu­dia­syc (Heu­ris­tique et diag­nos­tic des sys­tèmes com­plexes), uni­té mixte de recherche asso­ciée au CNRS, qui mène des recherches dans les sciences et tech­no­lo­gies de l'information et la com­mu­ni­ca­tion, pour répondre aux grands enjeux de la socié­té (sécu­ri­té, mobi­li­té et trans­ports, envi­ron­ne­ment et santé).
  • LMAC (Labo­ra­toire de mathé­ma­tiques appli­quées de Com­piègne), équipe d'accueil qui mène des recherches de nature théo­rique et appli­quée avec une forte col­la­bo­ra­tion plu­ri­dis­ci­pli­naire (san­té, méca­nique…) sur les pro­blèmes inverses, l'approximation et le contrôle, les pro­ces­sus sto­chas­tiques, les sta­tis­tiques et la fiabilité.

Les ensei­gnants-cher­cheurs du dépar­te­ment sont impli­qués dans des pro­jets de recherche et d'innovation plu­ri­dis­ci­pli­naires, en par­te­na­riat avec le monde indus­triel, dans des domaines d'actualité cor­res­pon­dant aux filières.

Stages et relations industrielles

Le génie infor­ma­tique a tis­sé un impor­tant réseau de rela­tions indus­trielles avec de très nom­breuses entre­prises qui par­ti­cipent en par­ti­cu­lier aux pla­te­formes et conseils de filières. Cela per­met de pro­po­ser aux étu­diants une offre impor­tante et diver­si­fiée de stages et de pro­jets de fin d'études, ain­si que la pos­si­bi­li­té d'accomplir des stages indus­triels à l'étranger (USA, Japon, Chine, Cana­da, Bré­sil, Mexique…).

Partir à l'étranger

Un étu­diant sur deux passe au moins 6 mois à l'étranger dans le cadre de son cur­sus, pour per­son­na­li­ser son par­cours de for­ma­tion et déve­lop­per de nou­velles com­pé­tences (scien­ti­fiques, lin­guis­tiques ou cultu­relles), avec des pos­si­bi­li­tés de double-diplôme. Les éta­blis­se­ments d'accueil sont :

  • aux États-Unis : Geor­gia Tech, Flo­ri­da, Illinois…
  • au Cana­da : Water­loo, Toron­to, Concor­dia, Montréal…
  • en Europe : Cran­field (Royaume-Uni), Chal­mers (Suède), Sara­gosse (Espagne), Braun­sch­weig (Alle­magne), Turin (Ita­lie)…
  • et aus­si en Chine (Shan­ghai), Corée, Japon, Sin­ga­pour, Bré­sil (Para­na), Mexique, Chi­li, Argen­tine

Débouchés

Les diplô­més sont acteurs de la muta­tion tech­no­lo­gique de tous les sec­teurs de l'économie vers le numé­rique. Ils exercent dans de nom­breux sec­teurs d'activité : socié­tés de ser­vice en ingé­nie­rie infor­ma­tique, trans­ports, édi­teurs de logi­ciels, élec­tro­nique, mul­ti­mé­dia, Inter­net, etc. La durée moyenne d'accès au pre­mier emploi est infé­rieure à un mois. 

Ils ont aus­si la pos­si­bi­li­té de pour­suivre leur for­ma­tion par un doc­to­rat, pour inté­grer des équipes de recherche uni­ver­si­taires ou industrielles.

Formations complémentaires

Par la suite, les étu­diants peuvent éga­le­ment suivre un mas­ter (M1, M2) de la men­tion Ingé­nie­rie des sys­tèmes com­plexes.

De plus, le niveau scien­ti­fique de la for­ma­tion ingé­nieur en génie infor­ma­tique per­met à tout étu­diant le sou­hai­tant de pour­suivre en doc­to­rat, soit dans le monde aca­dé­mique soit dans le monde industriel. 

› Ces for­ma­tions, et d'autres plus courtes, diplô­mantes ou non dans les mêmes domaines, sont acces­sibles dans le cadre de la for­ma­tion conti­nue / VAE et de l'appren­tis­sage.

Label Mod Math

Notre déve­lop­pe­ment indus­triel passe par la recherche et l'innovation. De nom­breux métiers de l'ingénieur, aujourd'hui très por­teurs sur le mar­ché du tra­vail, demandent donc de plus en plus une exper­tise tech­nique très fine et une bonne maî­trise des outils de modé­li­sa­tion mathé­ma­tiques. Pour les champs direc­te­ment concer­nés aujourd'hui, citons par exemple le déve­lop­pe­ment des éner­gies nou­velles, l'analyse du risque, la sûre­té de fonc­tion­ne­ment, la finance, l'épidémiologie, les bio-sta­tis­tiques, l'imagerie médi­cale et la méca­nique.

À qui ce label s'adresse-t-il ?

Le label Modé­li­sa­tion mathé­ma­tique (Mod Math) est un par­cours com­plé­men­taire à la filière choi­sie par les étu­diants et est ouvert à toutes les branches de l'UTC et à toutes les filières. 

Que faire avec ce label ? 

Le spectre des oppor­tu­ni­tés de débou­chées pos­sibles pour un pre­mier emploi à la sor­tie de l'UTC, est très large. L'ingénieur diplô­mé pour­ra trou­ver sa place : 

  • dans un emploi d'ingénieur géné­ra­liste, avec une réelle valeur ajou­tée en modé­li­sa­tion et, de manière plus géné­rale, dans sa capa­ci­té d'abstraction, qui est une qua­li­té de plus en plus pri­sée par l'employeur ;
  • dans un emploi d'ingénieur plus spé­cia­li­sé dans un domaine fai­sant direc­te­ment appel à la modé­li­sa­tion numé­rique et/ou aléatoire ;
  • dans de nom­breux cas, dans une cel­lule de recherche et déve­lop­pe­ment ;
  • dans cer­tains cas, vers une thèse de doc­to­rat en mathé­ma­tiques appli­quées au sein du LMAC.

Contact et documentation

Contact

Direc­teur du dépar­te­ment
Abdel­mad­jid Bouab­dal­lah
 +33 (0)3 44 23 52 50

Contact

Res­pon­sable péda­go­gique
Phi­lippe Tri­ga­no
 +33 (0)3 44 23 45 02

Contact

Coor­di­na­trice des stages
Mariam Ly
 +33 (0)3 44 23 52 37

Contact

Label Mod math
Ahmad El Hajj
 +33 (0)3 44 23 44 23

À lire dans interactions

searchuserenvelopefile-pdf-onewspaper-oenvelopeusersphone-handsetlaptop-phone
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram